L’informatique quantique et ses défis en France

La France s’est engagée ces dernières années dans une course aux technologies quantiques. Elle compte devenir la troisième nation mondiale en matière de recherche quantique, derrière les États-Unis et la Chine, qui dépensent déjà des fortunes dans ce domaine. Quels sont les enjeux économiques de ces recherches ?

L’objectif de la France dans l’utilisation de l’informatique quantique

La France vise à accélérer la conception des ordinateurs quantiques. En effet, un ordinateur quantique n’effectue pas un calcul de manière séquentielle, comme le fait un ordinateur de manière classique, mais considère toutes les hypothèses en même temps. Il est donc capable de traiter plusieurs données en un temps record : des dizaines de millions de fois plus rapides qu’un ordinateur traditionnel. Contrairement aux ordinateurs traditionnels, l’ordinateur quantique ne travaille pas sur des données binaires (O et 1), mais sur des bits quantiques, ou qubits (quantum + bit), supports d’information dont l’état quantique peut avoir diverses valeurs.
En utilisant l’informatique quantique, tous les secteurs d’activité pourront tirer parti de son potentiel. Par exemple, dans le domaine de la santé, il sera possible de tester de nombreuses combinaisons de molécules pour éliminer un virus. Elle peut permettre la simulation du trajet de chaque citoyen, ce qui aura pour effet de réduire les embouteillages. Un défi colossal, certes, quoiqu’il n’est pas impossible pour l’ordinateur quantique de le relever.

1,8 milliard d’euros pour le déploiement de la stratégie quantique

La contribution de l’État sera de 1 milliard d’euros, soit une valeur nette de près de 200 millions d’euros par an jusqu’en 2025. Ce plan stratégique, qui devrait permettre à la France d’atteindre la « souveraineté technologique » en matière de recherche quantique, passera par plusieurs étapes. Tout d’abord, 350 millions d’euros permettront de faire progresser les simulateurs et d’apprivoiser au mieux les calculs quantiques. Ensuite, 430 millions d’euros additionnels financeront son lancement ainsi sa création. Cette stratégie quantique a été mise en place le 28 janvier passé par le président Emmanuel Macron.